Les poèmes argumentatifs

Thèse clairement exprimée ou thèse implicite

L'albatros

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage

Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,

Qui suivent, indolents compagnons de voyage.

Le navire glissant sur les gouffres amers.

 

A peine les ont-ils déposés sur les planches,

Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,

Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches

Comme des avirons traîner à côté d'eux.

 

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !

Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !

L'un agace son bec avec un brûle-gueule,

L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

 

Le poète est semblable au prince des nuées

Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;

Exilé sur le sol au milieu des huées,

Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 

Les fleurs du mal. Charles Baudelaire 1821-1867

indolents compagnons de voyage.  Le navire glissant sur les gouffres amers
indolents compagnons de voyage. Le navire glissant sur les gouffres amers

Melancholia

... Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?

Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?

Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?

Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules

Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement

Dans la même prison le même mouvement.

Accroupis sous les dents d'une machine sombre,

Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,

Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,

Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.

Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.

Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.

Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.

Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !

Ils semblent dire à Dieu : - Petits comme nous sommes,

Notre père, voyez ce que nous font les hommes !

Ô servitude infâme imposée à l'enfant !

Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant

Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,

La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,

Et qui ferait - c'est là son fruit le plus certain ! -

D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !

Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,

Qui produit la richesse en créant la misère,

Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !

Progrès dont on demande : Où va-t-il ? que veut-il ?

Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,

Une âme à la machine et la retire à l'homme !

Que ce travail, haï des mères, soit maudit !

Maudit comme le vice où l'on s'abâtardit,

Maudit comme l'opprobre et comme le blasphème !

Ô Dieu ! qu'il soit maudit au nom du travail même,

Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,

Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux ! 

 

Melancholia (extrait). Les contemplations -  Victor HUGO   (1802-1885)

Dans la même prison le même mouvement.
Dans la même prison le même mouvement.

Siffle avec les oiseaux

Sonnerie

Le réveil

D’un seul doigt les néons, les vingt-et-un degrés, vite,

Un café déjà chaud, la main câline l’eau,

L’horizon sur écran, que dit la météo

Une embellie,

Bientôt.

 

Des inventions magiques,

Des connexions magiques,

Je vends même le vent, des arguments magiques,

Et j’achète le temps, petits robots magiques.

 

Ah ! la baguette magique !

La solution magique aux tentations magiques,

Des illusions magiques,

Les pilules magiques,

Vite, un bonheur magique…

Mené à la baguette !

 

Tu t’éveilles,

Colorie la journée,

Petits pas, grand bol d’air,

Invite la framboise, caresse la rosée,

Écoute les échos, regarde l’horizon, siffle avec les oiseaux.

Toi, tu verras s’il fait beau.

 

© Dominique Marcel Fache 2008

 

Découvrez mon recueil « Clins d’émotion »       https://www.amazon.fr/dp/B079KR29H7

J’analyse le poème, mot à mot, dans mon manuel « Un poète vous explique comment il utilise les procédés littéraires »

https://www.amazon.fr/dp/B007IKK0PU

Colorie la journée,  Petits pas, grand bol d’air
Colorie la journée, Petits pas, grand bol d’air

Le Mal

Tandis que les crachats rouges de la mitraille

Sifflent tout le jour par l'infini du ciel bleu ;

Qu'écarlates ou verts, près du Roi qui les raille,

Croulent les bataillons en masse dans le feu ;

 

Tandis qu'une folie épouvantable broie

Et fait de cent milliers d'hommes un tas fumant ;

- Pauvres morts ! dans l'été, dans l'herbe, dans ta joie,

Nature ! ô toi qui fis ces hommes saintement ! ...

 

- Il est un Dieu qui rit aux nappes damassées

Des autels, à l'encens, aux grands calices d'or ;

Qui dans le bercement des hosannah s'endort,

 

Et se réveille, quand des mères, ramassées

Dans l'angoisse, et pleurant sous leur vieux bonnet noir,

Lui donnent un gros sou lié dans leur mouchoir !

 

Rimbaud, Poésies, 1870

Il est un Dieu qui rit aux nappes damassées
Il est un Dieu qui rit aux nappes damassées

Nuit de Sine

Femme, pose sur mon front tes mains balsamiques, tes mains douces plus que fourrure.

Là-haut les palmes balancées qui bruissent dans la haute brise nocturne

À peine. Pas même la chanson de nourrice.

Qu'il nous berce, le silence rythmé.

Écoutons son chant, écoutons battre notre sang sombre, écoutons

Battre le pouls profond de l'Afrique dans la brume des villages perdus.

 

Voici que décline la lune lasse vers son lit de mer étale

Voici que s'assoupissent les éclats de rire, que les conteurs eux-mêmes

Dodelinent de la tête comme l'enfant sur le dos de sa mère

Voici que les pieds des danseurs s'alourdissent ; que s'alourdit la langue des chœurs alternés.

 

C'est l'heure des étoiles et de la Nuit qui songe

S'accoude à cette colline de nuages, drapée dans son long pagne de lait.

Les toits des cases luisent tendrement. Que disent-ils, si confidentiels, aux étoiles ?

Dedans, le foyer s'éteint dans l'intimité d'odeurs âcres et douces.

 

Femme, allume la lampe au beurre clair, que causent autour les Ancêtres comme les parents, les enfants au lit.  

Écoutons la voix des Anciens d'Elissa. Comme nous exilés  

Ils n'ont pas voulu mourir, que se perdît par les sables leur torrent séminal.

 

Que j'écoute, dans la case enfumée que visite un reflet d'âmes propices  

Ma tête sur ton sein chaud comme un dang au sortir du feu et fumant  

Que je respire l'odeur de nos Morts, que je recueille et redise leur voix vivante, que j'apprenne à   Vivre avant de descendre, au-delà du plongeur, dans les hautes profondeurs du sommeil.

 

Léopold Sedar Senghor, Chants d'ombre, © éd. du Seuil (1945)

Voici que décline la lune lasse vers son lit de mer étale
Voici que décline la lune lasse vers son lit de mer étale

Les Obsèques de la Lionne

La femme du Lion mourut :

Aussitôt chacun accourut

Pour s'acquitter envers le Prince

De certains compliments de consolations,

Qui sont surcroît d'affliction.

Il fit avertir sa Province

Que les obsèques se feraient

Un tel jour, en tel lieu ; ses Prévôts y seraient

Pour régler la cérémonie,

Et pour placer la compagnie.

Jugez si chacun s'y trouva.

Le Prince aux cris s'abandonna,

Et tout son antre en résonna.

Les Lions n'ont point d'autre temple.

On entendit à son exemple

Rugir en leurs patois Messieurs les Courtisans.

Je définis la cour un pays où les gens,

Tristes, gais, prêts à tout, à tout indifférents,

Sont ce qu'il plaît au Prince, ou, s'ils ne peuvent l'être,

Tâchent au moins de le paraître,

Peuple caméléon, peuple singe du maître,

On dirait qu'un esprit anime mille corps :

C'est bien là que les gens sont de simples ressorts.

Pour revenir à notre affaire,

Le Cerf ne pleura point, comment eût-il pu faire ?

Cette mort le vengeait : la Reine avait jadis

Étranglé sa femme et son fils.

Bref, il ne pleura point. Un flatteur l'alla dire,

Et soutint qu'il l'avait vu rire.

La colère du Roi, comme dit Salomon,

Est terrible, et surtout celle du roi Lion :

Mais ce Cerf n'avait pas accoutumé de lire.

Le Monarque lui dit : Chétif hôte des bois

Tu ris, tu ne suis pas ces gémissantes voix !

Nous n'appliquerons point sur tes membres profanes

Nos sacrés ongles ; venez, Loups,

Vengez la Reine, immolez tous

Ce traître à ses augustes mânes.

Le Cerf reprit alors : Sire, le temps de pleurs

Est passé ; la douleur est ici superflue.

Votre digne moitié couchée entre des fleurs,

Tout près d'ici m'est apparue,

Et je l'ai d'abord reconnue.

Ami, m'a-t-elle dit, garde, que ce convoi,

Quand je vais chez les Dieux, ne t'oblige à des larmes.

Aux Champs Elyséens j'ai goûté mille charmes,

Conversant avec ceux qui sont saints comme moi.

Laisse agir quelque temps le désespoir du Roi.

J'y prends plaisir. À peine on eut ouï la chose,

Qu'on se mit à crier : Miracle, apothéose !

Le Cerf eut un présent, bien loin d'être puni.

Amusez les Rois par des songes,

Flattez-les, payez-les d'agréables mensonges :

Quelque indignation dont leur cœur soit rempli,

Ils goberont l'appât, vous serez leur ami.

 

Fables (1678).  Jean de La Fontaine (1621-1695)

Aussitôt chacun accourut
Aussitôt chacun accourut

Destinée arbitraire

Ce cœur qui haïssait la guerre voilà qu'il bat pour le combat et la bataille !

Ce cœur qui ne battait qu'au rythme des marées, à celui des saisons, 

à celui des heures du jour et de la nuit,

Voilà qu'il se gonfle et qu'il envoie dans les veines un sang brulant de salpêtre et de haine.

Et qu'il mène un tel bruit dans la cervelle que les oreilles en sifflent

Et qu'il n'est pas possible que ce bruit ne se répande pas dans la ville et la campagne

Comme le son d'une cloche appelant à l'émeute et au combat.

Écoutez, je l'entends qui me revient renvoyé par les échos.

Mais non, c'est le bruit d'autres cœurs, de millions d'autres cœurs battant comme le mien à travers la France.

Ils battent au même rythme pour la même besogne tous ces cœurs,

Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises

Et tout ce sang porte dans des millions de cervelles un même mot d'ordre :

Révolte contre Hitler et mort à ses partisans !

Pourtant ce cœur haïssait la guerre et battait au rythme des saisons,

Mais un seul mot : Liberté a suffi à réveiller les vieilles colères

Et des millions de Français se préparent dans l'ombre à la besogne que l'aube proche leur imposera. Car ces cœurs qui haïssaient la guerre battaient pour la liberté au rythme même des saisons et des marées, du jour et de la nuit.

 

Publié en 1975, à titre posthume. Robert Desnos.

Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises
Leur bruit est celui de la mer à l'assaut des falaises


Écrire commentaire

Commentaires: 0