Ecrire une nouvelle en prose poétique

Je vous présente de courts extraits de mon travail sur « Perpendiculaires », une courte nouvelle de 1780 mots

Une adolescente, monitrice de centre aéré, se remémore les deux mois qu’elle vient de passer. Elle va retrouver ses parents, ses amis, elle pense à la rentrée. 

Le récit est divisé en deux parties (perpendiculaires). 

Je vous présente mon analyse.

Un registre lyrique

Dans la première partie, la ligne horizontale, je lis dans les pensées de la romantique Adeline.

Pour relater des faits réels, je pouvais écrire dans un registre réaliste, en adoptant un point-de-vue externe ou omniscient. Mais j’ai préféré écrire dans un registre lyrique, avec un point de vue interneLe lecteur découvre la personnalité d’Adeline, les lieux, les évènements, les personnages à travers le regard, les pensées, les sensations et les sentiments de la jeune fille. 

La seconde partie, la ligne verticale, dénonce le comportement d’un être abject, dans une tonalité satirique. Je rapporte mot à mot ses propos violents. J'abandonne donc de la prose poétique.

Un registre tragique

Voici quelques lignes de la première partie :

 

Perpendiculaires

 

Ouf ! La jeune fille a réussi ! Monitrice de centre aéré depuis deux mois ! Son contrat se termine demain, trente-et-un aout. Elle sait qu’une larme discrète lui coulera de l’œil quand se poseront les cerfs-volants, se refermeront les parasols, s’écraseront les dernières vagues, quand les enfants se précipiteront pour lui confier doucement sur la joue l’inoubliable tendre bisou.

Cependant, c’est la joie qui émerge, celle de retrouver ses parents, ses amies, le minou, les corons !

[…]

Elle se retourne. L’horizon s’est considérablement élargi. La nature s’amuse à déployer son puzzle démesuré. En contrebas de la route, et à perte de vue, des milliers de flaques d’eau. Elle devine de-ci de-là des troupeaux de moutons de prés-salés qui paissent l’herbe rare des bancs de sable chaud. Les bosquets, les quelques maisons de pêcheurs et le phare disparaissent dans le lointain, sur des dunes égarées, étranglées entre le fleuve et la mer.

Un virage, le soleil la regarde en face à présent. 

[…]

Mon analyse stylistique

 Sur dix-sept pages, je commente la nouvelle, idée par idée, technique littéraire après technique littéraire. Je l'analyse pratiquement mot à mot. 

 

[…] Dorénavant, c’est le soleil qui dirige à sa guise la vie de l’adolescente « chez elle, la demoiselle n’avait jamais remarqué », il est espiègle et inattendu « les facéties du soleil », il s’amuse avec Adeline ou il s’amuse d’Adeline « qui a joué », il détient le pouvoir de la transformer « ce magicien » il l’aide « façonnant son ombre et l’agrandissant », mais il change facilement d’avis « la faisant virevolter ».

 D’ailleurs, il vient de changer de position, que va-t-il décider ? « Un virage, le soleil la regarde en face à présent ». Il est capable d’abandonner Adeline « la laissant », est-il capable du pire ? « disparaitre subitement ».

[…]  

Le soleil sert de transition entre la première et la seconde partie.

« Devant le bonheur s’inclinent les rayons du soleil.

Les rayons du soleil s’inclinent en cette fin d’après-midi. »

Nous retrouvons l’allégorie, le soleil semble célébrer ces instants de bonheur. Mais la réalité est banale, il commence à décliner parce qu’il est presque dix-neuf heures.

Avec le chiasme, se dessine un changement de direction. Je ne vais plus parler d’Adeline. Le style change. J’abandonne le registre lyrique et l’écriture poétique. Je vais rapporter les faits et propos scandaleux d’un personnage odieux.

Le soleil laisse la place à Leparven avec une gradation « il rayonne, Il brille, Il éblouit et fascine ».

Voici quelques-unes des nombreuses notions abordées :

 

allégorie

allitération, assonance, consonne sifflante, homéotéleute,

discours direct,

embrayeur, énoncé ancré dans la situation d’énonciation,

énoncé performatif,

énumération, gradation, hyperbole, métaphore directe, personnification, emphase, chiasme, antithèse, paronomase, polyptote, question rhétorique,

épithète détachée,

imparfait itératif,

isotopie,

persuader,

point de vue interne, point de vue omniscient,

présent d’énonciation, présent de narration,

proposition subordonnée relative appositive, proposition subordonnée relative déterminative,

registre lyrique, registre tragique, tonalité dramatique,

tonalité satirique

rythme binaire, rythme ternaire,

superlatif absolu.

Découvrez l'analyse complète de "Lettres folles" dans mes recueils : 

 

L'Analyse approfondie du poème, de l'élaboration à l'interprétation

Edition 2022

 

Un poète vous explique comment il utilise les procédés littéraires

Tome 1 - Edition 2018